Intolérance alimentaire : comment faire le régime par exclusion

Régime d'exclusion - comic

Cet article fait suite à “Comment savoir si on est intolérant alimentaire ?“. J’y explique ce qu’est l’intolérance alimentaire. J’y explique également qu’on n’en sait pas encore grand chose, que les symptômes sont variés, et qu’ils peuvent se déclarer plus ou moins tard après avoir ingéré les aliments… Bref. Faire un régime par exclusion, ça permet de rechercher nos intolérances ou allergies alimentaires et d’essayer d’y voir un peu plus clair.

Le régime par exclusion, c’est quoi ?

Ce régime consiste à éliminer un aliment, ou groupe d’aliment, puis de voir ce qui se passe. Comment le corps réagit-il ? Etes vous toujours pareil ou est-ce un soulagement ? Voici par exemple des groupes d’aliments que l’on peut tester :

  • Les œufs (il y en a dans tout)
  • Le lait (il y en a partout également)
  • Le gluten (idem. Si le gluten s’avère positif, vous pouvez essayé de comparer le blé par rapport aux autres sources de gluten)
  • Les noix
  • Le poisson
  • Les fruits de mer (celui là c’est le plus facile)
  • En fait, en fonction de ce que vous avez l’habitude de manger, vous pouvez tout essayer…

regime d'exclusion - oeufs - comic

La période d’exclusion doit être d’au moins deux semaines. Et oui, c’est long ! Si au bout de deux semaines vous observez des améliorations relativement légères, il vaut peut être la peine de prolonger la durée un peu plus. Sur une durée plus courte, il est généralement difficile de conclure. En particulier, il est possible qu’un autre facteur provoque votre bien-être momentané. C’est vous qui voyez. Et si vous êtes persuadés d’aller mieux au bout de 5 jours d’exclusion, tant mieux !

Le gluten, le lait, les œufs… yen a dans quoi ?

Malheureusement, ces trois là se retrouvent un peu partout et sont donc très difficile à exclure. Vous allez devoir lire toutes les étiquettes de ce que vous achetez. C’est laborieux, mais voyez le côté positif : cela vous oblige a prendre conscience de ce que contiennent les produits industriels (regardez au passage les additifs et conservateurs, c’est pas toujours très joli…). Des produits seront donc plus difficiles à exclure que d’autres.

Pour certains, c’est extrêmement difficile. Tout est fait pour vous faire échouer. D’abord, votre frigo : assurez vous de ne plus avoir de tentation à portée de main. Un moment de faiblesse est très vite arrivé. Si vous devez vous déplacer pour en acheter, il y a de grandes chances que vous vous ravisiez en chemin. Faites participez votre conjoint et/ou votre famille afin d’obtenir du soutien et de diminuer les tentations. Et puis ça vous engage dans votre démarche !

Mais le pire n’est pas votre frigo. Le pire, c’est tout le reste : les boulangeries dans la rue, les restaurants, les sorties, les repas de familles, et même au boulot. Les tentations sont partout ! Assurez vous de ne pas commencer un régime d’exclusion avant les fêtes, c’est suicidaire. Et en plus des tentations, il faut se justifier face à des gens qui vont vous regarder bizarrement. Réduire les sorties à l’essentiel, c’est donc autant de chances de réussite ! Avant de commencer une session de deux semaines, il faut ouvrir son agenda et choisir deux semaines où c’est faisable.

C’est trop galère ton truc, laisse tomber

Pour certains, le régime d’exclusion est une évidence. Ils savent que quelque chose clochent avec leur alimentation et ils veulent savoir quoi.

Pour d’autres, cela apparaît comme beaucoup de contraintes. Surtout qu’ils ne sont pas persuadés de son utilité. Si vous faites partie de cette deuxième catégorie, voilà ce que vous pouvez faire : pendant 2 jours seulement, arrêtez de manger. Ca peut vous paraître très difficile. N’hésitez pas à prendre des boissons chaudes pour faire passer l’envie de manger. Éventuellement, mangez très léger.

Après ces deux jours, vous vous sentirez probablement un peu faible. Mais au delà de cette faiblesse, vous sentez vous plus léger ? Comment on évolué vos symptômes ? Si vous avez l’impression que c’est un soulagement, même léger, alors c’est qu’il y a un problème avec votre digestion. Il vous faut essayer le régime d’exclusion, vous avez tout à y gagner.

Et que faire quand on a fini ?

Si vous ne constatez aucun changement, planifiez l’exclusion suivante. Si vous pensez tenir un coupable, vous pouvez essayer de réintroduire l’aliment en question afin de confirmer vos hypothèses : si les symptômes reviennent, c’était bien lui.

Il se peut aussi que vous trouviez un coupable mais que vous ne vous sentiez pas complètement mieux. Dans ce cas, il faut continuer à chercher d’autres intolérances potentielles. J’ai d’ailleurs publié récemment un article à propos du livre Journal d’une intolérante alimentaire de Margot Montpezat : elle ne tolère ni le gluten, ni les œufs, ni le lait !

Une fois les coupables identifiés (si coupables il y a), inutile de vous le préciser (mais je le fais quand même car j’ai des doutes en vos capacité intellectuelles) : il ne faut plus en consommer !

Pour réussir l’exclusion, il faut de la rigueur

Et oui, il faut de la rigueur. Pas seulement dans le régime en lui-même, mais aussi dans votre démarche : notez la composition de vos repas, et notez chaque jour l’évolution de vos symptômes.

Si vos symptômes évoluent très lentement, il se peut que vous n’y fassiez même pas attention. Alors posez vous la question chaque jour. Et aussi, si vous réalisez quelques jours après que le gateau de mamie était blindé de lait, cela pourrait expliquer les symptômes que vous avez eu le lendemain.

Je sais, c’est très pénible de tout noter. Le premier jour, ça va, mais on se dit vite que ça ne sert a rien ou qu’on s’en souviendra, et la négligence s’installe. Soyez fort, mettez vous des rappels, et faites-le vraiment.

Par quoi commencer ?

Fiez-vous à votre instinct. Vous avez probablement des soupçons sur quelque chose. Les symptômes ne sont généralement pas assez spécifique pour cibler un coupable en particulier.

Voici cependant un exemple de symptômes et des cas dans lesquelles ils se manifestent : Food Hypersensitivities1 (désolé, c’est en anglais)

Par exemple, si vous avez des migraines et des diarrhées, ça peut être n’importe quel type d’allergie ou d’intolérance… Bon, c’est déjà une piste, mais ce n’est pas ce qui aide le plus.

Dans mon cas, je sais que j’ai une fatigue chronique et que je suis souvent épuisé après le repas. Si j’en crois ce tableau, c’est une allergie alimentaire liée aux IgG (type III). Ca me permet donc de cibler un peu, et je vais pour l’instant mettre de côté les intolérances au lactose, au fructose et à l’histamine.

Félicitez-vous !

Félicitez-vous
Une fois que vous avez fini un test de 2 semaines (ou plus), félicitez-vous ! Si vous avez trouvé une intolérance, c’est super. Si vous avez éliminé une potentielle intolérance de la liste, vous avancez, et c’est super aussi !

Personne ne fera le travail à votre place. C’est à vous de vous mettre au boulot et de vous réparer. Courage.

Partagez vos expériences et laissez dans les commentaires les résultats de vos régimes par exclusion !

  1. http://imupro.fr/symptomes/

Laisser un commentaire