Le système endocannabinoïde démystifié

le corps produit du cannabis quand on danse - BD comique

En 1990, on a découvert qu’il existait dans le cerveau un récepteur spécialement conçu pour le THC, une molécule célèbrement contenu dans le cannabis. On découvrira plus tard que ce lien n’est que pur hasard. En fait, notre corps produit et utilise de façon autonome des molécules proches de celles du cannabis. On appelle cet ensemble le « système endocannabinoïde » (ou SEC ou encore ECS en anglais).

  • « Cannabinoïde » car on le compare aux molécules du cannabis que l’on a découvert en premier
  • et « Endogène » (intérieur) car il est produit par notre corps

Ce système est complètement indépendant de la plante cannabis. Voyons à quoi il sert.

Les rôles du système endocannabinoïde

Ce système contient 2 types de récepteurs : CB1 et CB2. Ils ont dû être en panne d’inspiration quand ils les ont nommé, mais c’est très pratique. Ces récepteurs se trouvent dans notre cerveau, mais également à plusieurs endroits du corps (au niveau des poumons, du système gastro-intestinal, de l’utérus et des testicules… au final, presque partout !)

Voici les rôles principaux du SEC :

  • Régule l’Appétit1
  • Régule le stress et l’anxiété2
  • Soulage la douleur3
  • Régule l’inflammation et le système immunitaire4
  • Joue un rôle dans le système respiratoire5
  • Joue un rôle dans la fonction cardiaque6
  • Joue un rôle dans la santé oculaire7
  • Joue un rôle dans la santé osseuse8
la liste est longue - parchemin - comic

Les facteurs extérieurs qui stimulent le SEC

Le système endoncannabinoïde est influencé par :

  • L’exercice9
  • Le stress
  • L’heure du jour10
  • Le chant et la danse
couple qui danse - dessin comic

SEC et mémoire

Ce système apporte une aide à la mémoire utile11 : date, noms, listes. Ce qui est très surprenant, c’est qu’il pourrait, de façon inverse, atténuer la mémoire d’événement négatifs tels que les traumatismes12.

se questionner - comic

SEC et Cannabis

Molécules et récepteurs fonctionnent comme des clés et des serrures. Un type de récepteur ne s’active que pour un seul type ou groupe de molécules. Le THC, que l’on retrouve dans le cannabis, n’est qu’une clé alternative pour le récepteur CB1. Ce dernier est une serrure qui peut recevoir deux clés différentes :

  • l’anandanine qui est produit par notre corps (ananda = « bonheur » en sanskirt)
  • le THC

Ce dernier peut donc imiter notre système, mais aussi le perturber.

feuille de cannabis - dessin

Ainsi, le THC n’est qu’une molécule de la famille cannabinoïde parmi une centaine d’autres. Quand cette molécule se retrouve dans notre système, ce dernier se régule à la baisse. Sur le long terme, un consommateur aura donc besoin d’une plus grande quantité pour arriver aux mêmes effets. Le THC se substitue donc à notre système endocannabinoïde, pouvant parfois provoquer une dépendance.

Endocannabinoïde vs THC

Notre système répond aux facteurs environnementaux : exercice, stress, heure du jour, etc. Il adapte continuellement les quantités de molécules cannabinoïdes afin d’assurer notre bien-être. Au contraire, la quantité de THC présente dans notre système est proportionnelle à celle qu’on a ingérée (ou inhalée). La molécule agit alors librement sur nos récepteurs en les sur-stimulant, voire en les déréglant.

Le THC affecte plusieurs récepteurs simultanément :

  • diminution du stress
  • affectation de la mémoire
  • sommeil, motivation, appétit
  • joie/euphorie – anxiété/psychose
visage qui plane - dessin comic

En résumé voici donc les avantages du système endocannabinoïde par rapport au THC :

  • il agit au bon moment, au bon endroit
  • il est contrôlé précisément
  • il répond à l’environment

Mais alors, pourquoi le cannabis a-t-il autant de succès auprès de certaines pathologies ?

Pathologies et système cannabinoïde déficient

Une déficience en endocannabinoïdes a été identifiée13 chez les gens souffrants de migraines, de fibromyalgie, de syndrome du côlon irritable et potentiellement d’autres troubles, notamment ceux catalogués comme d’origine psychosomatique.

dépression - comic

Les molécules cannabinoïdes permettent de compenser cette déficience et de diminuer les symptômes. Parfois, elles guérissent même la pathologie.

Le CBD (Cannabidiol)

Le CBD est une molécule cannabinoïde que l’on trouve également dans le cannabis. Contrairement au THC, elle ne fait pas « planer ». Le THC se fixe aux récepteurs CB1 alors que le CBD se fixe aux récepteurs CB2. Ils ont donc un mode d’action très différent.

Il y a énormément de chose à en dire et cela mériterait un article à part entière. Je vais donc me contenter ici d’énoncer ses principaux modes d’action :

  • apaise la douleur
  • anxiolitique (contre le stress et l’anxiété)
  • anti-oxydant et anti-inflammatoire
  • anti-vomitif
  • anti-convulsif
  • aide contre l’acnée et les problèmes de peau
  • anti-cancer

L’huile de chanvre

Le chanvre contient plus de 100 phytocannabinoïdes différents, parmi lesquels on compte le CBD. Quand on le peut, on préfère prendre les vitamines et minéraux dans les fruits et les légumes, plutôt qu’avaler des compléments alimentaires. En effet, la nature est beaucoup plus complexe qu’une molécule isolé, ce qui favorise une certaine synergie et donc biodisponibilité. Bien qu’il n’y ait pas ou peu d’études sur le sujet, certains affirment qu’il en va de même pour l’huile de chanvre, qui contient de nombreux phytocannabinoïdes (« phyto » = qui viennent de la plante) et terpènes, complémentaires les uns des autres.

SEC et cancer

Une méta analyse de 164 références conclu que le SEC pourrait être capable de contenir le développement et la progression de certains cancer. L’inhibition des différents mécanismes du cancer par le SEC a ainsi pu être observé :

  • prolifération des cellules cancéreuses
  • angiogenèse (ici, création de vaisseaux sanguins pour irriguer les cellules cancéreuses)
  • croissance du cancer
  • métastase (généralisation du cancer)
  • migration du cancer
En train de lire des livres - comic

Réciproquement, il pourrait y avoir un lien en le dérèglement du système endocannabinoïde et le développement, la prolifération et la migration du cancer14.

SEC et oméga-3

Les oméga-3 et oméga-6 sont des précurseurs des endocannabinoïdes. En clair : ces acides gras sont une matière première qui va être convertie en endocannabinoïdes !

Les oméga-3 vont être transformés en un type d’endocannabinoïdes, et les oméga-6 en un autre. L’équilibre oméga-3 / oméga-6 joue donc un rôle critique pour le bon fonctionnement du système endocannabinoïde, notamment au niveau du cerveau15. On a par exemple pu constater que si l’on augmentait artificiellement la quantité de cannabinoïdes dérivés des oméga-3, on pouvait alors réduire la douleur physique et la détresse psychologique16.

sardines - dessin

Par exemple, l’ALA est un oméga-3 que l’on retrouve dans les végétaux tels que les graines de lin et les noix. Un régime pauvre en ALA suffit a altérer le SEC du cerveau qui se trouve dans la région du savoir et de l’humeur17

Il faut donc bien garder à l’esprit que SEC et oméga-3 sont étroitement liés. Si l’on pense avoir un SEC déficient, il faut alors regarder s’il n’y aurait pas un apport excessif d’oméga-6 ! Le coupable n’est pas toujours celui que l’on croit.

Conclusion

Nous avons tous entendu parlé du cannabis et des effets qu’il a sur le corps. Mais moins nombreux sont ceux qui savent que tous ces mécanismes sont naturellement actifs dans notre corps. En moindre quantité.

Prendre du THC ou du CBD, c’est donc amplifier des mécanismes déjà existants. On stimule les récepteurs, au risque de les dérégler. Tout ce qui est « naturel » n’est pas forcément sans danger.

Cela étant dit, le cannabis thérapeutique (THC ou CBD) affichent des résultats très prometteurs permettant d’atténuer certains symptômes voire d’améliorer certaines conditions, dont les cancers. En fonction de votre état, cela peut donc être envisagé.

Pour ma part, j’habite aux Pays-Bas où la consommation de cannabis est légale, mais je n’en consomme pas pour autant. Je n’en éprouve pas le besoin, et ses domaines d’actions ne semblent pas concorder avec mes problèmes. Le sujet n’en est pas moins passionnant !

Et vous ? Quel est votre rapport avec le cannabis ou ses molécules ? Laissez-moi un message dans les commentaires !

  1. Circulating Endocannabinoids : From Whence Do They Come and Where are They Going ?
  2. Circulating Endocannabinoids : From Whence Do They Come and Where are They Going ?
  3. Circulating Endocannabinoids : From Whence Do They Come and Where are They Going ?
  4. Endocannabinoids and immune regulation
  5. Endocannabinoid anandamide mediates hypoxic pulmonary vasoconstriction
  6. Endocannabinoids and the Heart
  7. Endocannabinoids in the Retina : From Marijuana to Neuroprotection
  8. Cannabinoids and bone : endocannabinoids modulate human osteoclast function in vitro
  9. Circulating Endocannabinoids : From Whence Do They Come and Where are They Going ?
  10. Circulating Endocannabinoids : From Whence Do They Come and Where are They Going ?
  11. Endocannabinoid System : the Direct and Indirect Involvement in the Memory and Learning Processes—a Short Review
  12. The endocannabinoid system in anxiety, fear memory and habituation
  13. Clinical Endocannabinoid Deficiency Reconsidered : Current Research Supports the Theory in Migraine, Fibromyalgia, Irritable Bowel, and Other Treatment-Resistant Syndromes
  14. The Endocannabinoid System and Sex Steroid Hormone-Dependent Cancers
  15. Interplay Between n-3 and n-6 Long-Chain Polyunsaturated Fatty Acids and the Endocannabinoid System in Brain Protection and Repair
  16. Diet-induced changes in n-3 and n-6 derived endocannabinoids and reductions in headache pain and psychological distress
  17. Lifelong imbalanced LA/ALA intake impairs emotional and cognitive behavior via changes in brain endocannabinoid system

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.