Les inflammations : bon ou mauvais ?

inflammation systémique - comic

L’inflammation est une réaction du système immunitaire qui permet de lutter contre les envahisseurs et réparer les dégats. Médicalement, ce sont les maladies en « ite ». Par exemple « arthrite », qui veut dire l’inflammation des articulations (du grec arthron : articulation et du latin ite : inflammation).

On peut souvent lire qu’il faut réduire les inflammations… Alors, sont-elles donc essentiellement néfastes ? !

L’inflammation aiguë

L’inflammation aiguë est un phénomène qui ne dure généralement que quelques jours, voire quelques semaines. Le corps se sent attaqué ou vulnérable et il réagit en déclenchant un mécanisme de protection et de réparation.

Les symptômes

L’inflammation se caractérise par les éléments suivants :

  • Douleur (qui semble pulser)
  • Rougeur
  • Sensation de chaleur
  • Gonflement / œdème

L’altération du fonctionnement de l’organe touché est également possible : une articulation inflammée peut montrer des difficultés de mouvements.

inflammation jambe aïe - comic

Les causes

L’inflammation aiguë peut être déclenchée par :

  • une coupure
  • un choc
  • une brûlure
  • un déchirement de muscle
  • la présence de corps étrangers (comme une écharde)
  • la présence d’agents considéré pathogènes (e.g. une allergie, une greffe)
  • la présence de visiteurs :
    • bactéries
    • virus
    • champignons
    • parasites
  • Alimentation
    • Sucre
    • Additifs
    • Nourriture transformée
    • Produits laitiers
    • Viande
    • Maïs

Et oui, ça fait beaucoup ! C’est un mécanisme très utilisé et habituellement très efficace.

Alimentation

L’intestin est un lieu où peuvent se déclencher de nombreuses inflammations. La viande, par exemple, est l’un des aliments qui contient le plus d’agents pathogènes (bactéries, virus, etc.). La réaction inflammatoire permet alors de protéger le corps contre ce danger bien réel. Elle peut durer jusqu’à quelques heures après le repas.

Mais il se peut également que l’intestin considère à tort un aliment comme pathogène : blé, produits laitiers, noix, œufs… Que ce soit une allergie ou une intolérance, c’est le mécanisme inflammatoire qui est déclenché. Et bien souvent, on ne s’en rend pas du tout compte. (bon, pour les allergies, vous ne risquez pas de passer à côté !)

inflammation dans les intestins - alimentation - comic

Le mécanisme

L’inflammation est un mécanisme par étapes.

S’il y a saignement, la priorité est de stopper hémorragie : les vaisseaux vont alors se contracter afin de limiter les fuites, et boucher les trous à l’aide de cellules, appelées plaquettes.

Les cellules endommagées vont ensuite libérer des substances pro-inflammatoires (histamine, cytokines proinflammatoires et autres) afin, entre autres, d’élargir les vaisseaux sanguins (vaso-dilatation). Cela permet d’augmenter les flots sanguin et lymphatique dans la zone inflammée : ce qui provoque donc rougeur, chaleur et gonflement.

inflammation - les cellules endommagées émettent des médiateurs pro-inflammatoires
1. les cellules endommagées émettent des médiateurs pro-inflammatoires
inflammation - le flot et lymphatique augmente dans la zone
2. le flot et lymphatique augmente dans la zone

Ce gonflement comprime les terminaisons nerveuses. Ajouté à la libération locale de prostaglandines (qui augmentent la sensibilité), cela provoque ainsi la douleur.

Ensuite, certaines des substances pro-inflammatoires qui ont été libérées par les cellules endommagées vont circuler dans le sang afin d’aller chercher du renfort. Les neutrophiles (un type de globules blancs) et les macrophages arrivent alors sur place pour aider à l’assainissement de la zone infectée.

inflammation - pacman arrive enfin
3. pacman arrive enfin pour nettoyer la zone

L’inflammation chronique

Le phénomène d’inflammation n’est pas censé durer. L’inflammation chronique correspond donc à un échec et/ou dérèglement de l’inflammation aiguë. Elle devient chronique si elle continue après plusieurs jours et semaines (elle peut ainsi durer des années). Lorsque celle-ci dure pendant trop longtemps, elle devient alors nocive pour le corps, engendrant des anomalies anatomiques et fonctionnelles qui font la gravité des maladies inflammatoires chroniques.

Les symptômes

L’inflammation chronique peut être localisée ou répartie sur l’ensemble du corps (systémique). Comme la réaction se passe principalement à l’intérieur, vous ne pourrez pas constater les symptômes aussi facilement que pour l’inflammation aiguë. Il arrive parfois que la température du corps s’élève de quelques dixièmes de degrés, mais c’est généralement tout.

N’ayant pas de symptômes, cette pathologie est difficile a détecter. Il est tout à fait possible d’être victime d’une inflammation chronique pendant plusieurs années, sans même s’en rendre compte ! Par contre, au niveau médical, le diagnostique est facile : une prise de sang permet de détecter la présence de médiateurs pro-inflammatoires (mais encore faut-il les chercher…)

inflammation chronique non visible - comic

De légers symptômes peuvent cependant attirer l’attention :

  • Sensation de chaleur (la température du corps peut augmenter de quelques dixièmes de degrés)
  • Augmentation de la fréquence cardiaque
  • Fatigue
  • Problèmes aux articulations (raideur, douleur, déformation)
  • Malaise général
  • Intestins douloureux

Si la pathologie est souvent invisible, les conséquences, elles, peuvent êtres désastreuses ! Mais gardons cela pour plus tard, et voyons d’abord les causes.

Les causes

Une inflammation chronique se met par exemple en place lorsque le corps choisit une réponse inflammatoire face à une menace pour laquelle cette réponse n’est pas adaptée. Ou alors, cette réponse est disproportionnée. Ou encore, l’inflammation n’arrive pas à viser la bonne cible. En gros, on ne sait pas toujours d’où ça vient, mais on pourrait dire que le corps s’est trompé quelque part…

Il se peut aussi que la menace soit bien réelle, que la réponse soit adaptée, mais que cela ne finisse jamais. Ou parfois, la menace est éradiquée mais l’inflammation parait continuer sans raison apparente.

L’intestin n’est pas infaillible, et il considère parfois à tort qu’un aliment normalement sain est pathogène. Si cela se produit souvent (parce que l’aliment est ingéré constamment, ou parce que de nombreux aliments sont considérés comme pathogènes par l’intestin), alors l’inflammation devient chronique. La plupart du temps, on ne s’en rend pas compte !

Les causes d’inflammation chronique peuvent être nombreuses :

  • Infection
    • Bactérie
    • Virus
    • Champignon
    • Parasite
  • Maladie auto-immune (lupus, la maladie de Crohn, etc.)
  • Cancer
  • Allergie
  • Agents toxiques (non vivants)
  • Alimentation
  • Obésité (les cellules graisseuses contribuent à l’inflammation)
  • L’origine est même parfois idiopathique (ce qui est un joli mot pour dire qu’on ne sait pas)

tout y est - comic

Le mécanisme

Le mécanisme de base est similaire à l’inflammation aiguë. Cependant il n’y a pas de chronologie : tous les phénomènes se produisent en permanence – libération de médiateurs pro-inflammatoires, dilatation des vaisseaux, recherche des agents pathogènes, reconstruction…

Voici quelques distinctions et spécificités de l’inflammation chronique :

  • pour une inflammation chronique, ce sont les macrophages qui sont en plus grand nombre (contrairement aux globules blancs pour une inflammation aiguë)
  • les globules blancs impliqués sont différents : au lieu des neutrophiles, ce sont maintenant les lymphocytes et les plasmocytes (surtout si la cause est auto-immune)
  • le tissu conjonctif (tissu qui fait les jointures, et qui enveloppe notamment le système nerveux central) est détruit localement, remplacé par un tissu fibro-inflammatoire riche en collagène. En effet, les macrophages, en surnombre, cherchent à tout prix du travail. Lorsqu’ils ne trouvent rien, ils attaquent parfois les tissus sains.
  • les tissus abîmés puis réparés n’ont ainsi plus les mêmes propriétés qu’avant (plus fibreux, moins efficace)

C’est cette réaction inflammatoire qui accompagne de nombreuses grandes pathologies chroniques. La chronicité de l’inflammation et sa localisation à plusieurs organes est à l’origine du concept des maladies systémiques, maladies au cours desquelles l’auto-immunité joue un rôle important dans l’entretien de l’inflammation : lupus érythémateux disséminé, polyarthrite rhumatoïde, maladie de Gougerot-Sjögren, maladie de Crohn…

Les conséquences

L’inflammation chronique peut provoquer de nombreux dysfonctionnements :

  • Accélération du vieillissement
  • Brain fog (troubles de l’attention, de la mémoire…)
  • Hyperactivité
  • Autisme
  • Migraines
  • Epilepsie
  • Anxiété
  • Insomnies
  • Baisse de libido

Maladies associées aux inflammations

Il n’est pas toujours clair de savoir si l’inflammation engendre la maladie ou si c’est le contraire. En tout cas, toutes les maladies suivantes révèlent un problème inflammatoire :

  • Maladies auto-immunes
    • Arthrite rhumatoïde
    • Lupus
    • Thyroïde
  • Maladies intestinales inflammatoires
    • Syndrome de l’intestin irritable
  • Fibromyalgie
  • Sclérose en plaque
  • Maladie d’Alzheimer
  • Maladies de la peau
    • Eczéma
    • Psoriasis
  • Cancer
  • Maladies cardio-vasulaires
  • Diabète
  • Néphrite (inflammation du rein)
  • Hépatite (inflammation du foie)
  • Arthrite (inflammation des articulations)
  • Maladie chronique des voies respiratoires inférieures (poumons)
  • Maladie de Lyme / Borrelioses

la liste est longue - parchemin - comic

Faut-il donc lutter contre les inflammations ?

Dans le cas d’une inflammation aiguë, empêcher l’inflammation reviendrait à empêcher notre armée de nous défendre en cas d’invasion… Il faut donc laisser faire le corps !

Par contre, l’inflammation chronique signifie que notre corps a échoué quelque part et qu’il refuse de s’avouer vaincu. Il persiste ainsi à utiliser une solution qui n’est apparemment pas ou plus adaptée à la situation. Le phénomène commence alors à nous détruire silencieusement de l’intérieur, avec des conséquences désastreuses sur le long terme.

L’inflammation chronique n’est donc jamais une bonne chose, et il faut s’en protéger. Attention cependant : si l’alimentation cause une inflammation chronique, la seule façon d’y remédier et d’éviter tous les aliments déclencheurs ! (au moins le temps que l’intestin se répare) N’allez surtout pas croire que les anti-inflammatoires sont la solution universelle !

Pour ma part, j’ai souvent les intestins douloureux et je suspecte donc une inflammation ! Et vous ? Pensez-vous souffrir d’une inflammation chronique ? Laissez moi un petit mot dans les commentaires.

Share and spread the love
Share on Facebook
Facebook
Share on Google+
Google+
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.