Les Pertubateurs Endocriniens, invisibles mais partout

perturbateurs endocriniens - comic

Endocrinien ?

Selon wikipedia :

Le système endocrinien est composé par l’ensemble des organes (glandes endocrines) qui possèdent une fonction de sécrétion d’hormones.1

Le system endocrinien, c’est donc les organes suivants : thyroïde, ovaires, testicules, hypophyse… bref, tout ce qui régule la croissance, le métabolisme, le développement sexuel, le développement cérébral, la reproduction2

Bon, vous l’aurez compris, le système endocrinien, et donc hormonal, c’est hyper important.

Et donc, les perturbateurs endocriniens, ils font quoi ?

Les perturbateurs endocriniens sont donc les substances chimiques naturelles ou artificielles qui interférent avec notre système endocrinien/hormonal.

Les perturbateurs endocriniens altèrent le fonctionnement habituel de l’organisme en interagissant avec la synthèse, la dégradation, le transport et le mode d’action des hormones.3

Les 3 modes de perturbations des hormones sont donc :

  1. en imitant l’action d’une hormone (tels que les contraceptifs)
  2. en empêchant l’hormone d’agir (en se fixant sur les récepteurs)
  3. en interférant avec le mécanisme de production des hormones ou récepteurs

Perturbateurs endocriniens - comic

Ces perturbateurs ont ainsi un effet toxique indirect, qui agit sur votre santé ou sur celle de votre descendance.

Au passage, la Cour Européenne est actuellement en train d’essayer de s’accorder sur une définition qui permettra de les réglementer, mais ça s’annonce compliqué.

Les perturbateurs endocriniens les plus connus : pesticides, phtalates (plastique), paraben (cosmétiques), bisphénol A (plastique), retardateurs de flammes (pour pas que votre canapé prenne feu trop vite), triclosan (savon antibactérien), etc.

Du coup, qu’est-ce qu’on risque ?

Ya plein de cadeaux sympas à gagner : cancers (dépendants des hormones, donc cancer du sein, de l’utérus, de la prostate et des testicules), malformations congénitales, obésité, diabète, trouble du développement (autisme, hyperactivité, diminution du quotient intellectuel), j’en passe et des meilleures.

On risque donc très gros. Et, contrairement à ce que l’on pourrait croire, une exposition courte n’est pas vraiment dangereuse : le système hormonal va se dérégler, plus se rerégler tout seul. Par contre, une exposition chronique, même si la dose est faible, est infiniment plus néfaste.

Sommairement : les organes endocriniens envoient des messages (les hormones) à d’autre organes pour leur dire ce qu’ils doivent faire. Si on est exposé de façon chronique aux perturbateurs endocriniens, les organes cibles ne se comportent donc jamais comme ils le devraient.

Les mécanismes engendrant ces maladies sont très difficiles à mettre en évidence…

formules chimiques - comic
Exceptionnellement, le dessin n’est pas de moi. J’avais la flemme.

Il est très difficile d’étudier les impacts des perturbateurs endocriniens. L’exposition est-elle soumise à quelle quantité, quelle durée, quelle voie d’exposition, quelles répétitions ? Est-ce que ce sont des molécules isolées ou un “cocktails” de molécules ? L’exposition est-elle in utero ? Avant la puberté ? Après ? Les effets sont ils sur le sujet ou sur sa descendance ? Le nombre de combinaisons à étudier rend la tâche titanesque. D’autant que le système endocrinien est complexe et fait intervenir plusieurs hormones qui interagissent entre elle…

…mais les liens de causalités sont établis

S’il est difficile d’étudier le mécanisme, cela n’empêche pas de faire des études épidémiologiques pour mettre en évidence le lien de cause à effet. C’est d’ailleurs ce qu’ont commencé à faire les chercheurs avant même de pouvoir en étudier le mécanisme en détail.

Pour ce qui est de la population générale, nous sommes soumis à une exposition chronique à très faible dose. A priori, donc, pas de quoi s’alarmer (mais quand même).

Cependant, des milliers de scientifiques et plusieurs agences sanitaires ont montré que les perturbateurs endocriniens favorisaient les maladies plus haut.

Prenons un exemple connu : le diéthylstilbestrol (1950-1960) a été utilisé pour éviter les avortements spontanés. Il a été interdit en France en 77, car un lien a pu être établit avec les cancers du vagin, du sein et de l’utérus provoqués chez les filles des mères traitées.4

Autre exemple, une équipe du CNRS a reconstitué un cocktail de 15 produits chimiques à des concentrations trouvées dans le liquide amniotique humain. Une courte exposition de ce mélange sur des embryons de grenouilles a montré multiples impacts sur le développement du cerveau. Diminution du nombre de neurones, diminution de la mobilité…5 Flippant…

etude sur les grenouilles, perturbateurs endocriniens - comic

Maintenant que vous avez peur, où les trouve-t-on ?

Pour la majorité de la population, les sources principales sont : l’eau, l’alimentation, l’air et les produits cosmétiques. Tout cela constitue bien entendu de faibles doses, mais de façon continue.

En milieu professionnel, on les retrouve dans : l’agriculture, l’industrie pharmaceutique et chimique, etc. Dans ces cas là, les concentrations (et donc les conséquences sur la santé) peuvent être plus fortes.

Mais en cherchant bien les perturbateurs endocriniens se retrouvent un peu partout6 :

  • dans l’eau
  • dans l’alimentation (pesticides)
  • dans l’air
  • dans les produits cosmétiques (paraben)
  • dans les vêtements
  • sur les meubles
  • dans les contenants alimentaires en plastique
  • mais aussi dans les autres emballages plastique
  • dans les poussières
  • dans les contraceptifs (logique)
  • dans la fumée de cigarette
  • dans les émissions de moteurs diesels
  • dans les produits de nettoyage urbain
  • dans les retardateurs de flamme
  • dans les désinfectants
  • et même dans la graisse d’animaux ayant eux-même été soumis à ces substances chimiques

Et oui, il y en a partout…

Solution aux perturbateurs endocriniens - comic

Que peut-on faire ?

On ne peut pas se protéger complètement contre les perturbateurs endocriniens, ils sont partout. On peut cependant adopter quelques habitudes afin de diminuer les risques :

  • bien aérer
  • manger bio
  • éviter les emballages plastiques (surtout pour la nouriture)
  • utiliser du verre ou du bois à la place du plastique pour les ustensiles de cuisine
  • acheter des cosmétiques sans paraben

Pourquoi le sujet est si peu connu ?

D’une part, les termes sont un peu compliqués, et les gens ont un peu être de mal à comprendre les enjeux et à voir dangers. Mais surtout, intervenir implique de remettre en cause son mode de vie, chose que certaines personnes n’ont pas envie de faire.

De plus, l’Union Européenne tarde à imposer des réglementations efficaces. Bien sur, on pourrait prôner le simple principe de précaution, mais une fois encore, c’est la puissance des lobbies qui l’emporte…

Après l’écriture de cet article, ma première action va être de remplacer ma bouilloire en plastique par un bouilloire en inox (il en existe aussi en verre). Et vous, quelles actions allez vous mettre en oeuvre ? Laisser un message dans les commentaires.

 

  1. https://fr.wikipedia.org/wiki/Syst%C3%A8me_endocrinien
  2. http://www.inserm.fr/thematiques/sante-publique/dossiers-d-information/les-perturbateurs-endocriniens
  3. http://www.inserm.fr/thematiques/sante-publique/dossiers-d-information/les-perturbateurs-endocriniens
  4. http://ansm.sante.fr/var/ansm_site/storage/original/application/a2abb4db0658b1c97ade1be777f219ce.pdf
  5. Fini J.B., Mughal B.B., Le Mével S., Leemans M., Lettmann M., Spirhanzlova P., Affaticati P., Jenett A., Demeneix B.A. (2017) Human amniotic fluid contaminants alter thyroid hormone signalling and early brain development in Xenopus embryos. Scientific Reports. 7, 43786 ; doi: 10.1038/srep43786.
  6. http://www.asef-asso.fr/problematiques-emergentes/nos-syntheses/1553-les-perturbateurs-endocriniens-des-substances-toxiques-qui-nous-entourent-la-synthese-de-l-asef

Laisser un commentaire