Qi Gong : guérir en harmonisant l’énergie du corps

A première vue, le Qi Gong est une gymnastique pratiquée par des chinois, généralement d’un certain âge. Rien de très sexy donc ! surtout comparé aux poses de yoga sur Instagram… Et pourtant, cet art est probablement bien plus puissant que ce qu’il ne le laisse paraître.

Cela fait un moment déjà que je me suis intéressé au Qi Gong (parfois écrit « Chi Gong »). Cela consiste à exécuter une série de mouvements lents, afin d’harmoniser l’énergie du corps. Cette pratique chinoise aurait débuté il y a plus de 4 000 ans et est pratiquée aujourd’hui par plusieurs millions de personnes dans le monde. Il existe d’ailleurs une quantité impressionnante de variations de cette pratique. C’est à s’y perdre !

Les bienfaits sont censés être très nombreux, alors je me suis lancé ! J’ai suivi quelques vidéos sur YouTube, j’ai pris 3 ou 4 cours en groupe… résultats positifs : je ressens de la détente. C’est un peu comme méditer, mais en bougeant. Je ressens d’ailleurs que ces mouvements s’accompagnent de légers flux d’énergie. Mais au bout de quelques mois, ma fatigue et mon « brain fog » sont toujours là. Pas de miracle. Probablement parce que je ne suis pas très assidu. Ou me manque-t-il quelque chose ? Je n’abandonne pas si vite.

Guérir grace au Qi Gong : « 101 Miracles of Natural Healing »

C’est alors qu’on m’a prêté un livre, intitulé : « 101 Miracles of Natural Healing » (101 miracles de guérisons naturelles). Luke Chan, son auteur, s’est rendu dans un hôpital très particulier au fin fond de la chine. Là-bas, les médecins se font appeler « enseignants », et y enseignent donc le Qi Gong. Mais pas n’importe quel Qi Gong. Cette pratique là (nommée « Chi Lel Qi Gong » ou encore « Zhineng Qi Gong ») permet de s’auto-guérir, voire même de guérir les autres (à un niveau plus avancé).

Voir le livre sur Amazon (probablement pas réédité donc cher malheureusement) :

Ce livre, comme son nom l’indique, recueille 101 témoignages de patients de ce centre, qui ont tous retrouvé la santé. Certains sont arrivés dans un état grave :

  • Cancers
  • Diabète
  • Arthrites
  • Paralysies
  • Maladies cardiaques
  • Dépression sévère
  • Lupus
  • Etc.

Je les ai lu, et j’y crois volontiers. En tous cas il n’en faut pas plus pour me regonfler de motivation. Si ça marche pour eux, pourquoi pas moi !

Ce centre est capable de faire des examens médicaux pour connaître l’état des patients, mais il ne prescrit pas de médicaments. Il ne prescrit pas de régime particulier non plus.

Tout y est affaire de Qi, l’énergie vitale.

D’une part, les « enseignants » ont la capacité de guérir un malade en utilisant le Qi. Mais surtout, c’est par la pratique quotidienne, du matin jusqu’au soir, que les patients se soignent eux-même !

L’auteur du livre a été le premier maître qui soit formé dans ce centre et non-résident chinois. Si vous comprenez l’anglais, je vous invite à visiter la chaîne YouTube de Luke Chan.

Les bienfaits du Qi Gong

Le Qi Gong permettrait de guérir et de garder une bonne santé, et assurerait ainsi de vivre plus longtemps.  Voici quelque uns des bienfaits1 apportés par une pratique régulière :

  • renforcement du système immunitaire
  • réduction des douleurs chroniques2
  • réduction des problèmes cardiaques et pulmonaires3
  • réduction du diabète
  • amélioration de la stabilité posturale dans le cas de la maladie de Parkinson4
  • réduction du stress et de l’hypertension
  • amélioration du sommeil5 et diminution de la dépression
méditer en souriant - comic

Un effet placebo ?

L’effet placebo, c’est le fait de guérir parce que le cerveau croit qu’il va guérir, et non grâce à l’effet d’un produit actif (médicament). L’effet placebo a mauvaise presse car il perturbe les résultats des études scientifiques. C’est d’ailleurs pourquoi elles sont aujourd’hui presque toutes effectuées en double aveugle.

Mais nous ne sommes pas un laboratoire. Et notre but n’est pas de vendre des pilules magiques. Si vous guérissez juste par la force de vos croyances, est-ce une mauvaise chose ? Au contraire, cela voudrait dire que vous êtes devenu votre propre médecin. Un médicament soigne généralement une seule sorte de maladie. L’effet placebo, lui, n’a pas de limite ! (sans parler des effets secondaires de certains médicaments).

personnage dubitatif - comic

Donc, vous l’aurez compris, le Qi Gong utilise complètement et volontairement l’effet placebo.

Mais pour cela, il faut dédier une grande partie de son temps à la pratique. Il faut ressentir les flux d’énergie et visualiser sa guérison. Le rôle du cerveau est central dans cette pratique. Il ne s’agit pas de se contenter d’effectuer une série de mouvement.

D’ailleurs, si c’est le cerveau qui fait tout, pourquoi faut-il bouger ?

L’art du Qi Gong

Les mouvements du Qi Gong ont de nombreux objectifs. Ils doivent être pratiqués dans un état de grande relaxation afin de ressentir les éventuels points de blocage. Avec des mouvements fluides, on assoupli le squelette et débloque les tensions. On s’assure ainsi que l’énergie circule librement et harmonieusement dans le corps. Chaque geste peut alors guider l’énergie d’un point à un autre.

Durant la pratique, il faut être dans un état similaire à celui de la méditation (pleine conscience). Il faut donc éviter autant que possible de se laisser embarquer par des pensées parasites, et porter toute son attention sur son corps et sur le présent. Le corps et l’esprit doivent travailler à l’unison.

Par la suite, on peut essayer de synchroniser sa respiration avec ses mouvements. Les inspirations guident le Qi vers l’intérieur (généralement derrière le nombril, appelé « Lower Dan Tian »), et les expirations guident le Qi vers les extrémités (cerveau, mains et pieds). Le Qi peut également être échangé avec son environment (avec l’univers).

The wall squat

Le Qi Gong comporte également certains mouvement à pratiquer de façon isolée, et qui visent à corriger de mauvaises postures, ou encore détendre et assouplir le squelette.

Voici un exemple : le « Wall squat » (le squat du mur). Cet exercice consiste à monter et descendre sur ses jambes, en ayant les pieds proches d’un mur. Voici la vidéo, c’est plus parlant :

La clé ici est de bien arrondir le bas du dos quand on remonte.

Contrairement aux apparences, cet exercice est très difficile, car sans entraînement, on bascule facilement en arrière. Il existe heureusement une adaptation pour nous, occidentaux au corps trop rigide : en s’aidant d’une barrière.

Il existe de nombreux exercices isolés comme celui-ci. J’ai choisi de vous montrer celui-ci car il a été très efficace pour moi. J’ai toujours eu une sorte de blocage dans le bas du dos, très discret mais que je ressent lorsque je fais des étirements. La pratique de cet exercice m’a apporté quelques douleurs pendant bien 2 semaines, probablement dues à un changement d’alignement de la colonne vertébrale. À la suite de quoi, mon blocage à disparu !

Débuter la pratique du Qi Gong

La bonne nouvelle, c’est que n’importe qui peut pratiquer le Qi Gong. En effet, cela peut se faire debout, mais également assis, voire même allongé ! Il est même possible d’imaginer les mouvements que l’on ne peut pas accomplir.

Comme je vous l’avais expliqué précédemment, j’ai débuté le Qi Gong de la manière la plus simple qui soit : j’ai recherché des vidéos de Qi Gong sur YouTube, et j’ai reproduit les mouvements. C’était un bon début, mais le problème c’est que l’on exécute des mouvements sans trop les comprendre. C’est méditatif, certes, mais l’effet n’est pas optimum.

Le Qi Gong, c’est bien plus qu’une série de mouvements. Chaque geste doit être exécuté correctement, et dans un but précis. Bien que les bases soient simples, un article serait insuffisant pour vous les enseigner. Et puis nombreux sont ceux qui le feraient mieux que moi.

Je vous encourage donc soit à acheter des livres, soit à vous rapprocher d’un centre de Qi Gong proche de chez vous, voire les deux. Cette pratique est devenue populaire et de nombreux centres existent aujourd’hui. De plus, il est difficile de rester motiver face à des vidéos (et donc quelque part face à soi-même), alors que rejoindre un groupe de personnes paraît souvent plus naturel. Mais cela dépend également de votre personnalité. Moi j’apprends très bien et très assidûment à l’aide de vidéos.

D’un livre à l’autre, ou d’un centre à l’autre, les pratiques peuvent être très différentes (bien que la base soit fondamentalement la même). Je vous encourage donc à en essayer plusieurs afin de trouver ce qui vous correspond le mieux.

La clé : régularité

Le Qi Gong est bien loin d’être une pilule miracle. Pour en ressentir les bienfaits, il faut pratiquer quotidiennement. Les effets peuvent se faire ressentir dans les premiers mois, donc n’abandonnez pas trop vite. Tout comme pour la méditation, vous pouvez très bien débuter avec seulement 15 minutes par jour.

Certes, plus vous pratiquerez et plus cela sera efficace. Mais se mettre une pression inutile risque de vous mener au découragement et à l’abandon. Allez-y donc à votre rythme, en y consacrant le temps que vous pouvez.

moi en train de faire du qi gong

Mon petit mot de la fin

Ce que j’aime avec le Qi Gong, c’est qu’on se rend responsable de sa santé. Une pratique appliquée et régulière étant la clé de la guérison et de la longévité.

Il n’est donc plus question de se demander quel médicament prendre. Ou quel complément alimentaire ? Ou quel régime ? Il n’y a aucune incompatibilité, bien au contraire, mais il s’agit ici de faire une confiance totale à son corps. De se faire confiance. Quelle que soit la situation, quelles que soient les contraintes. Et je trouve ça beau.

Je vais donc continuer à pratiquer le Qi Gong quotidiennement (autant que possible), et voir où cela me mène.

Et vous ? Considérez-vous également la pratique du Qi Gong ? Laissez-moi un petit mot dans les commentaires ci-dessous, je vous lirai avec plaisir.

  1. A Comprehensive Review of Health Benefits of Qigong and Tai Chi
  2. Qigong and Chronic Pain : Three Cases of Pain Resolution, Other Health Benefits and Improved Vision with Long-term Practice of Qigong
  3. Efficacy of yoga, tai chi and qi gong on the main symptoms of chronic obstructive pulmonary disease : A systematic review
  4. Qi Gong to improve postural stability for Parkinson fall prevention
  5. The effect of meditative movement on sleep quality : A systematic review

Une réflexion sur « Qi Gong : guérir en harmonisant l’énergie du corps »

  1. Merci Stéphane pour cet article.J’ai débuté le Gi Cong en début d’année scolaire, je ne ressens pas encore les effets escomptés mais en tout cas j’ai vu que c’est ce qu’il me convient.Le cours se termine toujours par une relaxation yoga nidra très profonde. Le professeur explique tous les mouvements et le pourquoi, et ça c’est essentiel. Il faut arriver à retenir les enchainements et ça pour le moment j’ai un peu de mal, bien sur. Mon prof est un élève de Yves Requena sur you tube également, en français pour le coup, car je ne comprend que très peu l’anglais et ça m’arrange bien.Pour le moment j’y ressens bien-etre, moins de fatigue mais pas encore de résolution de gros problèmes comme l’insomnie ect, Je pense qu’il faut laisser le temps au temps… mais c’est très bien de proposer cette alternative qui peut etre aussi complémentaire de traitements pour se sentir mieux dans son corps et faire participer les énergies à notre guérison. Merci en tout cas d’avoir partagé cette information….si tu maitrises bien l’anglais peut être pourrais tu traduire le livre ….je plaisante !!!! Je te souhaite ainsi qu’à tous tes lecteurs une excellente prise en main de leur santé pour l’année 2020.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.