Amalgames dentaires et santé : 13 règles pour retirer ses plombages au mercure en toute sécurité

dépose des amalgames dentaires / plombages

Vous avez décidé de faire retirer vos amalgames dentaires qui contiennent du mercure dangereux pour votre santé ? C’est une sage décision. Mais la dépose des vieux plombages n’est pas une opération qui peut s’improviser.

Le mercure est le métal lourd le plus toxique pour l’homme. Étant très volatile (il s’évapore facilement), il est compliqué de s’en protéger efficacement ! C’est pourquoi il faut absolument observer une procédure draconienne, afin de protéger le patient ainsi que le praticien !

13 règles pour retirer ses plombages au mercure en toute sécurité

1. Ne retirer qu’un seul amalgame par séance. Sinon, on augmente la quantité de mercure dans l’air et on multiplie les risques d’inhalation et/ou d’ingestion de ce dernier.
Si plusieurs amalgames doivent être enlevés, les séances doivent être espacées d’au moins 3 semaines.

2. La dépose se fait sous digue. C’est un tissu en de protection en latex pour limiter l’aspiration ou l’ingestion des produits toxiques.
Note : il vous faudra donc ne respirer que par le nez durant toute la
dépose.

La digue dentaire protège contre les ingestions de mercure. Elle protège également le dentiste contre les patients trop bavards !

Note : Il n’est clairement pas possible de parler dans ces conditions. Un bloc note et un crayon seront donc très utiles si le patient veut communiquer.

3. L’équipe soignante et le patient portent :

  • une blouse de protection
  • des lunettes de protection
  • un masque au charbon (sauf le patient bien sûr)
  • une protection pour les cheveux (type charlotte)
  • des gants à usage unique (praticiens)
Voici une image d’une dentiste bien sexy : elle peut poster des photos sur Instagram, mais pour la déposes des amalgames sa tenue n’est pas adaptée ! Si le protocole est bien respecté, vous devriez vous retrouver un peu dans l’ambiance d’une salle d’opération !
Voici à quoi ressemble, à minima, un masque à charbon actif

4. Le dentiste découpe l’amalgame, pour le faire partir en blocs.
Le fraisage est ce qui répand le mercure dans l’atmosphère. Il faudra donc être judicieux pour limiter autant que possible cette action.
Pour les praticiens : utiliser une fraise spéciale trans‐métal neuve qui permet de détacher très rapidement de grosses masses d’amalgame au lieu de les vaporiser durant de longues minutes
Donc : Fraiser au minimum, et fendre l’amalgame pour le retirer.

5. Les instruments sont utilisés avec un grand débit d’eau, pour nettoyer  abondamment la dent des débris.
L’eau permet également de refroidir le mercure et de limiter ainsi sa volatilité.

6. L’assistant(e) aspire en continue les débris d’amalgame avec une aspiration
   puissante
.

Les canules d’aspiration type « Clean Up » aspirent 100 fois plus qu’une canule normale (même chirurgicale).

7. Ouvrir la fenêtre durant toute l’opération.
Cela est bien plus efficace que le filtrage de l’air par une ventilation.

8. Après la dépose, rincer la bouche longtemps et minutieusement avec de l’eau contenant du charbon actif. Et bien sûr : recracher.

9. Prendre du charbon actif avant et après le traitement, afin d’absorber les éventuelles traces d’amalgame ingérées ou inhalées.
Ou encore mieux : vous pouvez prendre un chélateur (type DMPS ou DMSA) juste après la dépose (3h après max).
Vous pouvez également vous supplémenter en vitamines C et E (antioxydants), qui vont protéger votre corps des éventuelles agressions du mercure.

une cuillère de charbon actif dans un verre
Une cuillère en plastique (pas de métal) de charbon actif dans un verre, et le tour est joué !
On croise aujourd’hui de plus en plus de charbon actif en gélules, car plus pratique.

10. Favoriser la prise de rendez‐vous le matin à la première heure, si possible en début de semaine, car c’est là que cabinet est le moins contaminé. Sinon, il pourrait y avoir des résidus de mercure dans l’air, issu des opérations précédentes.

11. Privilégier la pose d’un pansement au clou de girofle (Giroflate – pur et sans adjuvant nocif) qui sera maintenu 6 mois à 1 an en le changeant régulièrement. Ce pansement va absorber les résidus de mercure. Il faut donc prendre des précaution similaire à la dépose de l’amalgame lors de son remplacement.
On évitera la résine composite à cause de ses composants. (Bisphénol et Phtalate cancérigène)

12. Un fois rentré chez soi : changer ses vêtements, se laver les cheveux et se doucher au savon gras.

dessin : une bonne douche

13. Note pour les praticiens : l’aspirateur classique est à proscrire ! Le mercure s’insinue dans tous les textiles, vêtement, chaussure, moquettes, les fibres ou tapisseries, et l’aspirateur va déloger le mercure et le souffler dans la pièce.

Contre-indications

Cette opération est fortement déconseillée aux femmes enceintes ou qui allaitent. Le mercure franchit aisément la barrière placentaire pour aller se loger dans le fetus (dans son cerveau !). Il peut également se retrouver dans le lait maternel.

femme enceinte - comic

La dépose exigeant de l’organisme un travail d’élimination supplémentaire, on évitera d’intervenir chez une personne affaiblie, convalescente, ou subissant par ailleurs un traitement médical éprouvant.

Et ensuite ?

Ensuite, si vous pensez avoir été intoxiqués par vos plombages, vous pouvez choisir d’entreprendre une chélation des métaux lourds. Il existe plusieurs alternatives :

  • en intraveineuses (chères et controversées, ces chélations ont cependant amélioré la vie de nombreuses personnes)
  • avec des chélateurs oraux (DMSA, DMPS, ALA), en forte dose ou en faible dose (plus long) comme par exemple avec le protocole de chélation douce d’Andrew Cutler
  • avec des solutions plus douces : coriandre, ail, ail des ours, chlorelle (qui ne marchent pas vraiment, voire pas du tout – de plus, certaines chlorelles contiennent les métaux lourds de leur lieu de culture, ce qui peut s’avérer dangereux)

Mes erreurs

Remplacement de mes 2 plombages
Dépose de mes 2 petits amalgames en mai 2016 (le 2ème est sur les dents du dessus donc non visible sur la photo)

J’ai très fièrement fait déposer mes amalgames en mai 2016. J’avais alors bien conscience du danger qu’ils représentaient.

En revanche, je n’étais pas aux faits des dangers que représente la dépose de mes plombages. L’opération ne s’est donc pas déroulé (du tout) dans les règles de l’art. Heureusement que mes amalgames étaient petits ! Mais quand même ! Je crois que je m’en suis bien sorti car je ne me suis pas senti spécialement mal après l’opération. Très légèrement étourdi je crois. Je suis même rentré à vélo. Rien à signaler non plus dans les jours qui ont suivi. J’espère que ma dentiste n’a pas inhalé trop de mercure non plus !

Bref, je m’en suis bien sorti mais ne faites pas la même erreur que moi.

En plus ma dentiste a remplacé mes amalgames par une résine composite, bourrée de perturbateurs endocriniens… J’étais tellement content de me débarrasser du mercure que je n’y ai pas prêté attention. Oups ! Je ne les ai pas changés depuis.

Et vous ? Comptez vous faire déposer vos amalgames ? Est-ce déjà fait ? Laissez-moi un petit mot dans les commentaires, je vous lirai avec plaisir !

Source : https://res-5.cloudinary.com/abcdent/image/upload/v1482358694/Amalgames_d_pose_gficsv.pdf

Dépose d’amalgames sur Paris : https://dentiste-paris6-delphine-uzan.fr/content/facettes-dentaires-paris-6

5 réflexions sur « Amalgames dentaires et santé : 13 règles pour retirer ses plombages au mercure en toute sécurité »

  1. C’est pénible quand même, on pense se faire soigner et au final on en ressort avec quelque chose de pas très net ayant des répercussions à long terme… parfois difficiles à retracer.
    Merci pour cet article intéressant !

  2. Bonjour,
    Merci pour vos conseil.
    Si un patient a un seul amalgame sur la dernière molaire au fond, que pensez vous d’arracher tout simplement cette molaire?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.