Mon test de provocation au DMPS : les résultats ! – Métaux lourds

Métaux lourds : test de provocation à l'IBC aux pays bas

[Test d’intoxication aux métaux lourds via une provocation avec le chélateur DMPS]

Après de longues journées d’attente, les résultats de mon test de provocation au DMPS sont enfin arrivés ! Pour plus d’infos sur le déroulement du test, vous pouvez consulter mon article précédent sur mon test de provocation à l’IBC (aux Pays Bas).

Les résultats

métaux lourds - résultats de test de provocation au DMPS
Cliquer pour agrandir.

Ma première réaction a été : « Oulah, il y a 8 valeurs dans le rouge, je suis intoxiqué ! ». J’ai alors demandé à plusieurs groupes Facebook s’ils pouvaient m’aider à interpréter ces résultats… personne n’en savait plus que moi. On voit des valeurs dans le rouge, on s’inquiète, on est perdu… finalement, personne n’a vraiment su lire ces chiffres !

Interprétation

N’ayant pas plus d’information, j’ai appellé l’IBC (où j’ai passé ce test). On me met alors en communication avec le docteur Raymond Pahlplatz. Ce dernier m’explique que mes résultats ne montrent pas de valeur anormale et que je n’ai pas besoin de chélation !

doute - comic

Mieux comprendre les résultats

En fait, il n’existe pas de normes pour les tests de provocations. Les valeurs de la colonne « Baseline URINE Norm » correspondent aux taux présents dans l’urine en l’absence de chélateur. Donc, lorsque l’on utilise un chélateur, on observe assez logiquement des valeurs plus élevées et possiblement dans le rouge. Dans mon cas, cela prouve bien une certaine contamination aux métaux lourds, mais cela ne révèle pas d’intoxication élevée.

Le problème n’est pas ce savoir si l’on contient des métaux lourds, mais plutôt combien !

Pas de normes… car tous différents !

Le fait qu’il n’y ait pas de valeurs normées pour les tests avec provocation est une démarche volontaire. Nous réagissons tous différemment aux métaux lourds. Certains vont tolérer de grandes quantités alors que d’autres se sentiront très mal avec de faibles quantités. C’est pourquoi il est impossible de normer ces valeurs.

Oui mais alors, comment sait-on ?

A partir de quelles valeurs est-on intoxiqué ?

C’est là que ça devient délicat. Comme il n’y a pas de normes, il faut un œil avisé. C’est pourquoi il faut bien choisir le médecin qui vous fait passer le test : c’est lui qui décidera si vous êtes intoxiqué, basé sur son expérience. Cette analyse peut également s’appuyer sur vos symptômes et sur des examens complémentaires.

medecin content - comic

J’ai demandé si je pouvais avoir, afin de comparer, le profil d’une personne intoxiquée, mais cela m’a été refusé (même en anonymisant les résultats). Bien dommage. Si jamais vous avez de tels résultats, dites-moi si vous seriez d’accord pour que je les affiche ici !

Merci à Aurore d’avoir bien voulu me transmettre ses résultats comme exemple de traitement par chélateur en IV !

Voici donc ses valeurs avant et après une série de 10 chélations (compter 135€ pour chaque) :

comparatif de test de provocation avant et après 10 chélations.
Cliquer pour agrandir.

Aurore :
J’étais fibromyalgique, je ne savais plus rien faire.. même me faire à manger, impossible de soulever une casserole…
Après 6 chélations je n’avais plus de douleurs musculaires alors que j’étais un bloc.. ma kiné ne savait plus quoi faire..

La chélation du mercure n’a pas été aussi efficace que celle du plomb, probablement parce qu’elle avait encore 5 amalgames en bouche (retirés depuis, avec les précautions nécessaires).

J’ai pu lire sur Facebook :

Au premier test j’étais a 60 en mercure et 107 en plomb.

(Je suis respectivement à 16 et 63, donc effectivement bien en dessous)

Où est passé le Zinc ?

J’ai contacté le laboratoire pour leur dire qu’ils avaient oublié le Zinc. En fait, du zinc est contenu dans le chélateur Zn-DTPA (comme son nom l’indique), ce qui rend cette valeur hors de propos.

Comparaison avec l’Oligoscan

Je n’ai pas les connaissances suffisantes pour faire la comparaison des valeurs entre la provocation et l’Oligoscan. L’IBC n’a pas non plus pris le temps de le faire (probablement pas grand chose à dire sur mon cas).

De ce que j’ai compris : l’Oligoscan effectue un test intracellulaire, alors que la chélation cible les concentrations intercellulaires. Donc si une valeur est élevée via l’Oligoscan mais faible lors du test de propagation, c’est que le corps a du mal à se détoxifier. Cela ne semble pas être mon cas.

Ce serait même plutôt le contraire. Si on regarde certaines valeurs tel que le Thallium ou le Manganèse : ils sont en excès lors du test de provocation, mais en faible valeur pour l’Oligoscan.

Oligoscan heavy metals test report
Oligoscan heavy metals test report
Oligoscan mineral report
Oligoscan mineral report

Le cerveau, exclu du test

Les chélateurs DMPS et ZnDTPA ne traversent pas la barrière hémato encéphalique, et n’accèdent donc pas au cerveau. Mon symptôme principal étant le brain fog, c’est quand même dommage. Mais bon, je le savais avant de faire le test.

De ce point de vue, il est peut être intéressant de faire une analyse des cheveux comme examen complémentaire. En effet, les éléments que l’on retrouve dans les cheveux ont dû traverser cette barrière qui sépare le corps du cerveau. Cependant les cheveux reflètent ce que le corps est capable d’éliminer et non ce qui est stocké dans les organes.

Et ensuite ?

Les conseils de l’IBC

Raymond Pahlplatz, médecin à l'IBC

Le docteur Pahlplatz ne m’a spontanément donné aucun conseil – ce qui se comprend s’il considère que mon profil est sain. J’ai donc dû insister pour en avoir. Pour mon brain fog, il m’a conseillé « high dose ozone therapy » (ozonothérapie à forte dose).

Comme c’est très cher, j’ai alors demandé quelles étaient les alternatives naturelles. Il m’a alors répondu : la Chlorelle… Rien sur le système digestif, rien sur les saunas, rien sur les compléments alimentaires… il économise ses mots et je suis déçu.

Chlorelle
La chlorelle est une algue unicellulaire

Je lui ai alors dit que j’avais lu que la Chlorelle pouvait contenir des substances toxiques, provenant de l’environment ou elle a été cultivée. Il m’a répondu que c’était vrai, et m’a alors conseillé deux marques (Phycosens et Sun-chlorella). Heu… Pourquoi ne pas le dire dès le début ? ! C’est hyper important quand même !

Bref, l’IBC se concentre sur la chélation chimique et ne m’apparaît pas comme de bon conseils pour le reste. Ce que je comprends, car il y a beaucoup à faire dans ce domaine, surtout quand on fait partie des leaders.

Ma conclusion

C’est à la fois une bonne et une mauvaise nouvelle. Je pensais avoir une piste, mais apparemment ce n’est peut-être pas la bonne… *soupir*

route vers la sortie - comic

D’un autre côté, j’ai quand même des métaux lourds dans mon corps ! Et si les quantités sont faibles, cela veut dire que je peux peut être essayer de les faire sortir de façon naturelle, en stimulant mon organisme ou avec une chélation douce.

De nombreuses personnes affirment que le test de provocation n’est pas le plus fiable et qu’il vaut mieux faire un test d’analyse des métaux et minéraux sur les cheveux (je crois qu’il y a alors un travail d’interprétation assez technique à faire). J’ai donc décidé de faire ce test, pour voir ce qu’il dit, et pour pouvoir le comparer avec le test de provocation à des dates suffisamment proches. A suive…

Si mes résultats vous interpellent, n’hésitez pas à me laisser un message dans vos commentaires !

 

Share and spread the love
Share on Facebook
Facebook
Share on Google+
Google+
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

11 réflexions sur « Mon test de provocation au DMPS : les résultats ! – Métaux lourds »

  1. En effet c’est un peu décevant cette absence de norme et de point de comparaison…
    Par contre génial le conseil du doc : « high dose ozone therapy »
    Faut qu’on soit plus assidu les mercredis soir (private joke)

  2. Bonjour, le traitement naturel par Chlorella, puis Ail des Ours, puis Coriandre est très efficace (il m’a « ressucité »!!).
    Efficace à condition d’être très progressif, bien encadré, et aussi d’avoir des produits de qualité.
    Pour la chlorella, le critère de qualité : doit être cultivée en milieu fermé sous tube de verre (impératif, sinon, elle se charge en métaux lourds de l’air ambiant)
    Je connais une pharmacie en Suisse qui vend ces produits de bonne qualité, et en plus moins cher qu’en France.
    Sinon, il y a aussi le site « echlorial » (France), qui vend de la chlorella de bonne qualité.

    Attention, aux produits chimiques chélateurs : « TOUT PRODUIT CHIMIQUE EST TOXIQUE POUR L’ORGANISME »
    Je suis infirmière depuis 30 ans, intoxiquée aux métaux lourds depuis très longtemps, et en traitement Naturel
    depuis 2 ans : Très efficace.
    Je continue depuis 2 ans les recherches sur ce sujet, ainsi que sur l’alimentation, les produits naturels….
    Autre info importante : il n’existe aucun examen sanguin, urinaire, cheveux, … fiable pour le dosage des métaux lourds !!

    Si vous souhaitez échanger ou avoir d’autres informations complémentaires, n’hésitez pas à m’envoyer un courriel.
    Bonne journée

  3. Bonjour Stéphane,

    As-tu pensé à la Maladie de Lyme et ses co-infections pour expliquer ton brain frog. Ces maladies vont aussi avec une surcharge d métaux lourd.

    Cordialement

  4. Hey !
    Superbe blog. Je pourrais te filer mes résultats à moi (j’avais 90 niveau mercure) mais il n’ont pas été faits dans le même laboratoire. J’ai personnellement suivi une chélation au Danemark pendant un temps à l’aide de pénicillamine.
    Un truc sur lequel tu pourrais te pencher c’est la candidose (j’ai pondu un article sur le sujet sur mon site mais je ne sais pas si je peux mettre le lien ici). C’est une affection très courante quand on a des métaux lourds et extrêmement handicapante niveau fatigue. Le docteur Melet avait mis sa limite d’intoxication niveau mercure à 12. En allemagne, c’est 50 je crois.

    As-tu vu une amélioration niveau ‘brain fog’ après ton test de mobilisation ?

    d’elfe

    1. Hello
      C’est ok pour poster ton lien. J’avoue que je n’ai pas trop entendu parler de la pénicillamine.
      La candidose par contre j’en entends beaucoup parler mais c’est encore difficile de démêler les remèdes efficaces des régimes sans grands effets…
      Après le test de mobilisation je n’ai pas vu de nette amélioration non. Mais bon ces chélateurs ne sont pas censés accéder au cerveau.

  5. Bonjour,
    Je ne comprends pas vous avez tous les symptômes d’un taux élevé de cuivre et ces résultats le montrent bien ! (1,362 !!)
    Vous avez la cause et sa preuve, que cherchez vous en plus ?
    Bien cordialement,
    Merci pour votre réponse,

    Vivien

    1. Ce n’est pas si simple. Quand j’ai demandé à l’IBCMT leur avis sur le cuivre, ils m’ont dit que le DMPS faisait ressortir le cuivre et donc que mon taux était proche de la normale. Mais j’ai depuis réduit mon apport en cuivre et augmenté les apports en zinc.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.